Accueil / Blogue / CLASS® / Quels impacts le climat entre les éducatrices.teurs a sur les enfants ?

Quels impacts le climat entre les éducatrices.teurs a sur les enfants ?

Diffusé le 18/05/2022

séparateur rouge

2 juillet 2019 par un blogueur.observateur invité

Un groupe peut-il vraiment avoir un Climat positif lorsque les relations entre les éducateurs.trices sont tendues ?

Les scores au domaine du Soutien émotionnel de l’outil CLASS ont tendance à être plus élevés en moyenne et il est souvent noté que l’aspect émotionnel est l’une des raisons pour laquelle beaucoup d’éducateurs.trices ont choisi de travailler en petite enfance : Ils.elles aiment les enfants ! Nourrir les jeunes esprits est leur passion ! Ils.elles accompagnent les enfants dans leur développement parce que cela leur tient à coeur !

Dans la pratique, on observe que bien que l’on parle beaucoup de ce que les éducateurs.trices ressentent à l’égard des enfants, on accorde moins d’attention à la façon dont les éducateurs.trices se comportent les un.e.s envers les autres. Il est en effet plus rare d’entendre un.e éducateur.trice dire qu’il.elle a choisi de faire carrière en petite enfance parce qu’il.elle aime travailler avec d’autres adultes dans les groupes, ou qu’il.elle est passionné.e par le travail d’équipe en éducation.

En réalité, de nombreux locaux sont le théâtre de tensions importantes entre adultes, dont les sources peuvent être diverses (valeurs, points de vue, croyances, conditions de travail, etc.) Lorsque ces tensions ne sont pas résolues, elles peuvent nuire aux expériences positives en service éducatif à l’enfance. Qu’apprennent les enfants des éducateurs.trices qui ont du mal à interagir entre eux.elles ? Nous savons que l’apprentissage se fait dans le contexte des interactions, donc lorsque les éducateurs.trices donnent l’exemple d’un dysfonctionnement, les enfants en tirent également des apprentissages.

Une attention particulière a été prêtée au phénomène du faible Climat positif (parfois un Climat négatif partiel) entre les éducatrices en faisant du coaching basé sur l’outil CLASS dans un groupe où les deux éducatrices étaient très compétentes, mais ne voulaient pas communiquer entre elles au-delà de ce qui était absolument nécessaire. Chaque semaine, il était possible d’observer comment les deux éducatrices montraient des forces dans tous les domaines, mais on pouvait à peine les voir établir un contact visuel entre elles de l’arrivée des enfants et jusqu’à l’heure du dîner. Elles se parlaient rarement, s’adressant parfois l’une à l’autre par l’intermédiaire des enfants. Il n’était pas rare de voir l’une d’elles rouler les yeux et marmonner pour elle-même alors que l’autre s’éloignait d’une de leurs conversations tendues. En tant qu’observateur, je me demandais : « Comment se comportent-elles quand je ne suis pas là à les observer ? » et surtout « Quel est l’impact sur les enfants ? »

Lors des observations suivantes, il est apparu clairement que cela se passait dans d’autres groupes ; les éducateurs.trices travaillaient les un.e.s à côté des autres, et non ensemble. Ils.elles passaient la journée à s’ignorer jusqu’à ce que le contact ne puisse plus être évité. En tant que coach, j’ai pu constater que cela réduisait la capacité des équipes à communiquer efficacement et permettait aux enfants de se faufiler dans les espaces laissés par leurs silences : ils.elles ne s’informaient pas les un.e.s les autres, ne vérifiaient pas les informations, ne se les rappelaient pas ou ne se les demandaient pas. Cela a entraîné une certaine confusion et de nombreuses occasions manquées de communiquer et de donner un modèle de coopération aux enfants.

Ces interactions ont des impacts sur les autres groupes du milieu en limitant la capacité de l’équipe à se soutenir mutuellement et envoient un message contradictoire aux enfants – faites ce que nous disons, pas ce que nous faisons. Quelle est l’efficacité des stratégies de Climat positif si les éducateurs.trices ne les modèlent pas en temps réel ? Le fait de porter notre attention sur cette question importante peut être la clé de la création d’environnements d’apprentissage qui offrent une base plus positive et sûre pour l’apprentissage.

Sans modèles de comportements permettant d’établir des liens émotionnels, comment les enfants peuvent-ils nous faire confiance pour s’occuper d’eux.elles dans ces endroits vulnérables ? Pouvons-nous vraiment espérer qu’ils.elles nous prennent au sérieux lorsque nous leur disons « Dis-leur ce que tu ressens à ce sujet », s’ils nous voient éviter toute conversation directe au quotidien ? Des compétences émotionnelles solides exigent une pratique régulière et les éducateurs.trices doivent s’exercer s’ils.elles veulent construire un cadre sécurisant pour des interactions et des communications positives.

Considérons les indicateurs de Climat positif et réfléchissons aux moyens d’encourager ces comportements chez les adultes. Cette pratique peut s’avérer utile pour tous les adultes d’un milieu éducatif. Posez ces questions pour réfléchir au Climat positif entre adultes dans votre établissement :

  • Comment établissez-vous des relations avec vos collègues éducateurs.trices ? Les enfants vous voient-ils souvent vous soutenir mutuellement dans le local ?
  • Comment faites-vous preuve d’un affect positif dans vos interactions avec les autres éducateurs.trices ? Les interactions dans le local entre éducateurs.trices démontrent-elles
    régulièrement du plaisir ou de la chaleur ?
  • Les communications entre éducateurs.trices sont-elles positives ? Les éducateurs.trices se montrent-ils.elles aimables ou agréables les un.e.s envers les autres lorsque cela est approprié ?
  • Les interactions entre les éducateurs.trices sont-elles empreintes de respect ? Les éducateurs.trices établissent-ils.elles un contact visuel, parlent-ils.elles calmement et respectueusement, et coopèrent-ils.elles les un.e.s avec les autres lorsque le besoin s’en fait sentir ?

 

L’éducation à l’enfance est une profession difficile. Elle change rapidement, est physiquement exigeante et peut être émotionnellement éprouvante. Il est facile d’accumuler des malentendus et d’être blessé.e.s dans ce genre d’environnement. Il peut être difficile de se sortir de ces situations en ayant des conversations honnêtes, mais potentiellement gênantes. Cependant, tout comme nous avons compris l’importance de réserver du temps pour la planification et l’observation, nous devons également comprendre l’importance de cultiver un Climat positif au sein des équipes éducatives. Puisque les scores ne sont pas basés sur ce que les éducateurs.trices ressentent ou ont l’intention de faire, mais bien sur ce qui est vu et entendu par l’observateur.trice, il est important de mettre en oeuvre des comportements qui favorisent les interactions positives entre les éducateurs.trices. Ces interactions contribueront grandement à la réussite de ces derniers.ères de même que des enfants.

 

POUR CONSULTER LA VERSION ORIGINALE DE CET ARTICLE DE BLOGUE, RÉFÉREZ-VOUS AU SITE DE TEACHSTONE: WWW.TEACHSTONE.COM

Titre de l’article: How Positive & Negative Climate Among Teachers Affect Child
Date de parution: 2 juillet 2019
Auteur: Blogueur.observateur invité
Traduit par: Stéphanie Millette-Brisebois, Annie Cameron-Turgeon et François Couture, CASIOPE

© 2022 CASIOPE  |  Conception : Bonheur en Vrac