Accueil / Blogue / CLASS® / L’outil CLASS® n’est pas une liste à cocher. Comment l’utiliser alors ?

L’outil CLASS® n’est pas une liste à cocher. Comment l’utiliser alors ?

Diffusé le 13/04/2022

séparateur rouge

22 août 2017 par Curry Ander

Les spécialistes CLASS chez Teachstone et CASIOPE se relaient tous pour offrir un soutien à la fidélité aux observateurs anxieux. Comme les témoignages ci-dessous le démontrent, nous voyons souvent les mêmes erreurs et les mêmes fausses croyances sur le fonctionnement de l’outil CLASS et sur la façon dont les marqueurs comportementaux s’intègrent dans le processus de codage.

Éclaircissons les choses.

LA question

Il n’est pas étonnant que cette personne soit confuse ! Pour clarifier la situation, soyons clairs sur ce qu’est et n’est pas le processus de codage.

 

2 façons de coder de manière INCORRECTE

  1. Chercher un nombre précis de fois la présence d’un marqueur comportemental pour obtenir un score élevé.
  2. Utiliser la « formule » de quelqu’un d’autre pour calculer un score élevé. Comme nous sommes tous humains, intuitivement nous cherchons tous à faire de l’outil CLASS une liste à cocher plus concrète.

 

2 façons de coder de manière CORRECTE

  1. Attribuer un niveau (faible, moyen ou élevé) à chaque indicateur, en fonction des données de l’observation. Pour ce faire, comparez vos notes aux longues descriptions de chaque indicateur qui se trouvent dans le manuel CLASS.
  2. Éviter de chercher la perfection. Il n’est pas nécessaire que tous les marqueurs comportementaux soient présents pour obtenir un score élevé. Dans le niveau élevé, nous recherchons la constance, dans le niveau moyen, l’inconstance, et dans le niveau faible, un manque d’évidences.

Soyons clairs : il n’y a pas de nombre de fois où vous devez noter la présence d’un marqueur comportemental. En fait, c’est une fausse idée que de calculer les marqueurs comportementaux. Il ne faut pas les calculer !

À la page 20 du Manuel CLASS Préscolaire on peut lire :
« L’outil CLASS n’est pas une liste à cocher. Les observateurs devraient considérer les dimensions comme des descriptions globales de groupes qui se situent à un niveau faible, moyen ou élevé. Dans bien des cas, il n’est pas nécessaire d’observer les marqueurs de tous les indicateurs présentés dans la description d’un niveau pour l’attribuer à un groupe. »
Nous ne recommandons jamais un certain nombre d’exemples (comme cinq boucles de rétroaction dans Qualité de la rétroaction) pour aboutir à un score concluant. Plutôt que de compter les échanges aller-retour, considérez : « L’enfant s’est-il engagé avec l’éducateur.trice et a-t-il appris à la suite de cette interaction ? » N’oubliez pas que pour attribuer des niveaux, nous devons tenir compte de la profondeur, de la fréquence et de la durée des interactions.

À la page 16 du Manuel CLASS Préscolaire on peut lire :
« Les marqueurs [comportementaux] correspondant au niveau supérieur de chaque dimension traduisent de bonnes pratiques en matière d’éducation. Cependant, il n’est pas nécessaire que la perfection soit atteinte pour que l’observateur attribue un score élevé. Il se peut qu’un ou deux éléments ne se déroulent pas de manière idéale au cours d’une période d’observation, mais si l’expérience d’ensemble dans le groupe observé se caractérise par la présence des marqueurs du niveau supérieur, un score élevé devrait conséquemment être attribué. »
Je vous entends penser : « Mais combien de fois faut-il voir quelque chose pour le qualifier de cohérent? » Si vous avez lu jusqu’ici, vous connaissez déjà la réponse : il n’y a pas de nombre de fois précis !

La bonne marche à suivre

  • Lorsque vous observez, continuez à prendre des notes ; ne soyez pas obsédés par le comptage.
  • Lorsque vous êtes prêts à déterminer le niveau pour chaque indicateur, pensez : « Ces enfants ont-ils été exposés de manière constante à des comportements pour cet indicateur ? »
  • Lisez les pages descriptives de votre manuel pour déterminer à quoi ressemble la constance à partir des exemples donnés.
  • Vous devrez interpréter ce que signifie « constant » en regardant la situation dans son ensemble plutôt qu’un nombre spécifique d’exemples. Vous devrez examiner la réponse de l’enfant et la profondeur de son expérience globale. Plus vous le ferez, plus cela deviendra facile.

 

Comme un disque rayé, vous entendrez les spécialistes CLASS dire : « CLASS n’est pas une liste à cocher». Résistez à l’envie humaine de le transformer en une liste à cocher et traitez-le comme l’outil complexe et holistique qu’il est. Si les observations CLASS étaient aussi faciles que de compter les comportements, elles ne capteraient pas la complexité des groupes observés dans toutes leurs nuances et subtilités.

POUR CONSULTER LA VERSION ORIGINALE DE CET ARTICLE DE BLOGUE, RÉFÉREZ-VOUS AU SITE DE TEACHSTONE: WWW.TEACHSTONE.COM

Titre de l’article: CLASS is Still Not a Checklist—Here’s What To Do Instead
Date de parution: 22 août 2017
Auteur: Curry Ander
Traduit par: Stéphanie Millette-Brisebois et Sophie Roy, CASIOPE.

© 2022 CASIOPE  |  Conception : Bonheur en Vrac